Accueil > Technologie > Bitcoin Mining utilise plus de puissance que la plupart des pays (...)

Bitcoin Mining utilise plus de puissance que la plupart des pays africains

lundi 4 décembre 2017, par Ducky

L’industrie minière est la pierre angulaire de Bitcoin, mais comme toute industrie, elle consomme de l’énergie pour débloquer la précieuse monnaie virtuelle.

Il y a des opérations minières massives à travers le monde et elles ne manqueront pas d’apparaître plus rapidement dans les prochaines années alors que Bitcoin et d’autres crypto-monnaies continueront leur chemin vers l’acceptation générale.

À l’heure actuelle, l’exploitation minière de Bitcoin est une opération lucrative. Avec un prix supérieur à 11 000 $, il y a beaucoup d’argent à gagner. Comme toute usine, les installations minières utilisent l’électricité. Beaucoup d’électricité.

Selon la société britannique Power Compare, la flambée des prix de Bitcoin a directement influencé la demande en électricité.

Citant Digiconomist , la combinaison de Bitcoin et de la consommation d’électricité annuelle estimée de Bitcoin Cash a grimpé à 31 térawattheures. Ils estiment également que l’extraction minière Bitcoin génère 9,7 milliards de dollars par an.

Ils ont développé leur propre indice de consommation d’énergie Bitcoin, qui a fourni les données les plus récentes sur ces idées.

Bitcoin et Bitcoin Cash Mining utilise un total de 0,13% de la consommation énergétique mondiale - ce qui classe l’exploitation minière combinée au 61ème rang des consommateurs d’énergie au monde.

Fait intéressant, mais sans surprise, la consommation d’énergie de l’exploitation minière Bitcoin en Novembre a augmenté de près de 30 pour cent .

Si la demande d’électricité due à l’exploitation minière continue de se maintenir à son rythme actuel, l’industrie minière consommera toute l’électricité du monde d’ici 2020.

À l’heure actuelle, l’exploitation minière Bitcoin utilise plus de puissance que la plupart des pays africains - comme le montre l’illustration de Power Compare ci-dessous.

Répondre à cet article