Accueil > Technologie > Relation travail loisir, pas souvent facile !

Article précédent : Ludacris - Cashing Out Article suivant : iMacro un logiciel hors du commun

Relation travail loisir, pas souvent facile !

Cet article est dédié à la relation travail loisir ainsi qu’aux difficultés d’exercer correctement les deux.

Depuis l’Antiquité, les hommes se sont posés la question de la délicate façon d’associer ce concept, cela donna même naissance à plusieurs matières comme la sociologie du travail ou encore la psychologie comportementale du travail.

Le travail est une forme de rémunération, d’ou le célèbre adage : "tout travail mérite salaire." et peut être perçu comme une obligation tantôt pour assurer son niveau de vie, tantôt pour permettre de s’accorder davantage de loisirs dans le futur. Mais trouver l’équilibre entre vie professionnelle et personnelle n’est pas chose aisée. Une personne partant au travail peut se dire qu’elle y gagne en maudissant le temps tandis que le loisir provoque le plus souvent une perte financière. Vous l’aurez compris, le travail tout comme le loisir engendre un sacrifice. L’argent entrant à la pelle et sortant à la brouette, il est tout de même possible de s’épanouir sans pour autant se consommer dans l’un ou dans l’autre.

Quel est votre position face à un travail plus dur ? Serait-il davantage bénéfique pour vos études ou votre situation financière ? Sommes nous réellement condamné à trancher le devoir et le plaisir ?

Ne vous inquiétez pas, nombreuses sont les personnes face à ce dilemme et internet contribue à diffuser un message encore plus nébuleux de la notion d’un sujet remontant jusqu’à l’Antiquité et sa conception du salaire.

Les procédés de communications s’étant nettement améliorés, nous pouvons maintenant être instantanément disponible et par intuition travailler tout le temps. Un problème demeure cependant, si nous travaillons plus, voir constamment, nous nous sentons progressivement vidé de notre énergie. Notre motivation peut diminuer voir disparaître pour laisser place in fine à la fatigue. Cela peut arriver même lors de l’exercice d’une activité passionnante. Il est donc courant de parfois éprouver le besoin de se "couper" du circuit et de pouvoir décompresser.

De l’autre côté, passer son temps à vivre d’amour et d’eau fraîche peut provoquer un sentiment de culpabilité, de regretter l’opportunité perdue et ipso facto de ne pas pouvoir soutenir un mode de vie capitaliste approuvé par la majorité et provoqué grâce à un affinement des connaissances sur le comportement humain.

Dans un univers utopique, réaliser ce qui pourrai toujours nous faire plaisir et de manière constante semble logique. Cela provoquerait aucune conséquence et aucune médisance. A l’heure actuelle mis à part le paradis, ce monde existe très rarement sur terre dû principalement au facteur du besoin voir de la cupidité.

Comment pourrions-nous transformer la paresse, l’un des sept péchés capitaux, par la productivité ?
Comment pouvons-nous trouver l’équilibre entre travail et loisir nous permettant d’atteindre l’optimum sans pour autant se sentir vide d’énergie et/ou de motivation ?

Et bien la sociologie du travail est la pour nous aiguillier...

First action : Améliorer la qualité des activités

Cette philosophie nous conduit vers un transfert de quantité vers la qualité du travail ou du loisir concerné. Nos confrères anglo-saxons utilisent alors le proverbe : "Less is more" signifiant in fine l’art d’allez vers l’essentiel.

Beaucoup de nos activités n’ont tout simplement pas d’impact direct ou pas suffisamment d’impact. Que ce soit lors de la réalisation de tâches professionnelles ou lors de nos loisirs se devant toujours d’être de plus en plus extrême pour consommer notre envie de plaisir(s). Il nous arrive alors de réaliser des actions les plus paradoxales les unes que les autres, comme regarder une émission tv, qu’elle nous plaise ou non ou tout simplement nous plaindre du loisir car il ne représente finalement que la solution matérielle au problème et non méta-physique.

Comment cela peut-il arriver ? Existe t’il un manque d’éveil ou peut-être qu’il est plus difficile de faire compliqué quand la simplicité s’invite après exécution de tâches qui je le rappelle sont pourtant rémunérées. L’habitude et les routines peuvent également prendre le dessus dans le travail tout comme dans le loisir. (nous reviendrons sur les activités) Le travail est en effet un droit et quiconque se retrouvant dans le besoin ou la nécessité peut convertir son effort ou sa passion en numéraire.

En se posant les bonnes questions comme "Ce que je fais, est´il réellement important ?" ou "Comment cette activité pourrait m’améliorer ou améliorer la situation globale ?"
En agissant ainsi, vous libérez les pertes de temps sur vos activités pour vous concentrer sur l’essentiel, votre santé et la santé de vos proches.

Second action : Apprendre à écouter son niveau d’énergie

Comme vous l’imaginez notre niveau d’énergie n’est pas une barrette de points de vie comme l’on retrouve dans certains jeux vidéos qui se remplit de 30 points de vie lors de l’acquisition du nouveau smartphone à la mode et capricieux serait de penser cela. Notre niveau d’énergie n’est donc pas quantitatif mais qualitatif. Peut importe la richesse de son patrimoine ou de ses origines. Pour les plus sceptiques, essayer par exemple de remplir votre énergie par 26 oeufs. Il en suivra un gros dérèglement gastrique suivit peut-être de bien pire ( cf le tunisien mort lors de ce pari en 2012 ). Notre énergie est donc qualitative et passe par ce que l’on nomme l’esprit de corps. L’esprit comme le corps constitue une barrière mentale ou physique face aux agressions de la vie et en combinant les deux nous obtenons le phénomène étroitement tombé en désuétude de solidarité.
Pour en revenir à l’énergie physique, une alimentation saine et variée est donc, plus que nécessaire. Pas besoin pour autant d’acheter bio ou de trop consacrer à l’alimentation mais la diversifier suivant les saisons est déjà un très bon départ. La nourriture est un carburant et si vous ne voulez pas déglinguer le moteur, il est utile de réaliser un cuisine de bonne qualité ; en effet si la cuisine passe que par la quantité, pas étonnant d’avoir du mal à avancer..
A cela s’ajoute de pratiquer un activité sportive régulière, non pas pour atteindre un but particulier mais pour rendre son énergie plus constante ainsi que de dormir ni trop ni trop peu ( par exemple 7h de sommeil ).
Une fois son énergie revenue à quelque chose de correct, il est beaucoup plus facile de reprendre de bonnes activités au lieu de perdre son temps à se plaindre concernant un travail ou un loisir. Posez-vous des questions comme : "Si cette activité est proche de la lamentation, ai-je encore le choix ?" La réponse dépend de vous, de vos actes et de vos raisons, mais sachez que le marché du travail n’a jamais été aussi fluide et mobile que de nos jours. Henri Ford disait : "Capable ou pas, vous avez VOS raisons qui sont parfois proche du dernier conseil que vos ancêtres vous ont confiés..."

Cette époque est bien entendue révolue et qui vous empêchera de briser la glace sur un monde déjà bel et bien gangrené par des milliards de cliché ? Essayez de réaliser vos convictions peut importe le temps et ne perdez pas un seconde, le capital humain est encore bon marché après tout.

Final action : La dichotomie du travail et du loisir.. ou pas.

Avec certitude, l’épreuve la plus délicate, surtout quand on travaille sur des projets tenant à coeur. Il est alors difficile de ne pas être tenter par travailler davantage. En agissant ainsi, on réalise un mauvais calcul sur le long terme ; l’épuisement et l’exaspération ne doivent pas devenir vos fonds de commerce. Car en agissant ainsi, ce fier travail risque de se transformer en corvée et ne devient plus qu’un prétentieux moyen de survie. La solution à ce problème est donc d’enterrer le fait qu’en travaillant plus, on gagne plus ; Icare lui-même brûla ses ailes en voulant atteindre le soleil, ce qui lui connu le plus ancien "burn-out" de l’histoire.

La santé est donc bel et bien l’élément le plus important que voulais vous faire partager dans ce sujet, j’espère qu’il ne vous a pas semblé trop long et selon vous, travail ou loisir ?

PS : Prochain article sur les secrets et vertus des plantes médicinales ainsi que des huiles essentielles à ne pas louper !

Bien à vous.


28 décembre 2012, par Ducky
Revenir en haut de la page ?

Voir aussi :

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Image

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Article : Même catégorie